Décorez la maison avec des meubles colorés

2001: l'année des meubles en technicolor

Si quelqu'un, un jour, veut changer l'histoire du meuble d'année en année et donner chaque année une définition spécifique, il dira sûrement que 2001 a été caractérisée par des meubles colorés et des meubles en technicolor, une tendance que des années plus tard, il est encore largement utilisé et est apprécié pour l'ameublement des maisons modernes.

Déjà en 2000, les premiers signes de cette tendance ont été les premiers, avec l'expansion de l'utilisation du méthacrylate, souvent utilisé dans des tons forts, avec un fort impact, mais en 2001, il y a eu une véritable explosion, avec les propositions du Le Salone del Mobile et les événements Fuori Salone qui ont animé la semaine du design milanais ont été des témoins incontestables. Les couleurs ont dominé la scène, pas telle ou telle couleur, mais toutes les couleurs, adoptées dans tous les types de meubles.

Cela a été amplement souligné par les services journalistiques post-commerce, dont beaucoup ont ouvert, avec beaucoup d'emphase, des meubles multicolores, confirmation sans équivoque de la tendance actuelle: parmi eux, par exemple, la librairie "Festival" de Casamania de Frezza, proposé à plusieurs reprises dans les journaux dans une composition engageante qui voit coexister des éléments de trois nuances différentes (bleu, vert et orange). Cette rivière colorée a balayé les banques, impliquant non seulement des meubles, mais aussi de nombreux autres produits liés à la maison. Comme les lampes, où la production "style Murano" est de retour en vogue.

Comme les objets de table et de maison, proposés non seulement dans des formes de plus en plus inhabituelles mais aussi dans de nombreuses nuances, et pas seulement le blanc et le rouge d'il y a quelques années. Comme les papiers peints, un peu dépassés et maintenant repris, dans un scénario fantasmagorique non seulement de couleurs mais aussi de dessins: rayures fines ou larges, ombrées ou plates, irrégulières ou à effet "peint" main ", avec des fleurs ou des géométries écossaises, et presque toujours les cartes sont caractérisées par des couleurs vives et contrastées. Dans cette liste il faut également mentionner les peintures, qui commencent maintenant à être appliquées comme au début des années 1960: une couleur différente pour chaque mur.

La polarité «Proust» d'Alessandro Mendini

De cette décennie est aussi le "Fauteuil de Proust" d'Alessandro Mendini, designer brillant et polyvalent, récemment défini par Fulvio Irace le "provocateur du maniérisme hypermoderne": ce fauteuil peut être considéré comme l'ancêtre des meubles colorés d'aujourd'hui. Ce n'est pas par hasard que Mendini a été chargé de la création de l'édition 2001 de la Cersaie de Bologne, l'exposition de la céramique pour la construction et l'ameublement de salle de bain: c'est un portail orné de nombreuses tesselles multicolores en accord avec ce dont nous parlons.

La gaieté, la couleur et l'ironie des années 70

Nous venons de mentionner les années soixante. Et c'est au cours de ces années que les experts en meubles reconnectent la réalité d'aujourd'hui en référence à la couleur, en créant beaucoup de meubles colorés. Alors que les minijupes se transforment en pantalons chauds et les «enfants de fleurs», habitudes bourgeoises déconcertées, le design contesté - dans cette décennie et aussi dans les années 70 - le froid alors dominant la rationalité, créant des objets gais, colorés, ironiques. Et aujourd'hui, la production, amusée, suit les tendances de cette période, qui a vu la naissance de l'idée du regard total, promu par divers designers. Comme Walter Albini, qui a meublé les maisons avec les mêmes couleurs de ses collections de mode, dessins avec les mêmes motifs, tissus, objets, meubles et verre. Comme Emilio Pucci, le tailleur noble qui avait adopté une vision décorative totalisante, de l'habitude à l'habitat. Comme Ken Scott, qui a porté l'idée du total look à sa plus grande expression, en construisant un univers fleuri dans des tons vifs et ensoleillés et en l'expliquant dans de nombreuses installations de cette période, dont son restaurant "Manger et Boire" à Milan, très populaire dans les années soixante-dix.

'Meditation Pod': fantasmes inédits des archives de Ken Scott

Deux des noms de mode mentionnés ci-dessus sont également impliqués dans les nouveaux meubles colorés. Edra a habillé ses canapés en s'inspirant de l'inspiration et des matériaux de la mode: ce sont deux fantasmes inédits de l'archive Ken Scott, dont l'un est utilisé pour la chaise «Meditation Pod» conçue par Steven Blaess. Cappellini a fait de même, en se concentrant sur les fantasmes presque psychédéliques d'Emilio Pucci pour les petits fauteuils de la collection "Rive Droite", signés Patrick Norguet.

La combinaison de fashion- furniture.design

Il ne fait aucun doute que ces deux références constituent un signal précis de la nouvelle orientation «glamour» du design. Un signe encore plus fort si l'on considère que la combinaison de meubles de design de mode, déjà en cours pour Edra depuis quelques années, ne sera pas occasionnelle même pour Cappellini: le catalogue de la brianzola est en effet destiné à être enrichi de nouveaux projets conjointement avec la Maison Pucci, sous la supervision de Julio Espada, son directeur artistique. Également stratégique dans le temps est le projet développé par Claudio Luti, président de Kartell, avec un passé à la Maison Versace: Luti veut faire de la célèbre marque de meubles créée par Giulio Castelli en 1949 une marque mondiale sous le slogan "Meubles comme des vêtements "et" Des meubles à acheter sur une impulsion ". Dans une interview accordée à l'hebdomadaire "Il Mondo", Luti a également déclaré que "Kartell a l'intention de se positionner à mi-chemin entre une entreprise de mode et une entreprise de décoration: elle se concentrera de plus en plus sur des meubles colorés et élégants vendre et ne pas acheter comme des biens durables.Un exemple: la chaise "Maui" signé par Vico Magistretti ne coûte que 165 mille lires ".

Meubles: biens durables ou biens de consommation?

Cependant, le mobilier coloré et légèrement évanescent de la mode nourrit aussi de lourdes questions. Comme ça: à l'avenir, les meubles ne seront plus des biens durables ou semi-durables, comme les économistes, les professionnels et le public les ont toujours considérés, mais deviendront des biens de consommation. Si cela devait arriver, pour le monde du meuble, ce serait vraiment une sorte de révolution copernicienne, qui fait déjà tourner le nez à ceux qui considèrent ce secteur comme une réalité productive des atouts et des comportements consolidés dans le temps, même si évidemment l'un ou l'autre jamais de données pour immuable, surtout en référence à la tendance actuelle de l'économie dans son ensemble, effervescente comme jamais auparavant. Parmi les critiques les plus sévères se trouve Ambrogio Pozzi, qui a été un observateur attentif de l'industrie du meuble et son évolution depuis de nombreuses années, ainsi que le nombre de "Gd'A / Il Giornale dell'Arredamento" sur la mode de plus en plus étroite - des meubles, il a écrit sans trop de mots "les fortunes du mobilier design italien sont ailleurs".

Il ne nous appartient pas, dans ce contexte, de prendre position sur ce point: nous nous limitons à enregistrer le phénomène et à le donner à ceux qui le lisent, en essayant de l'exemplifier au mieux. Il a déjà été dit que la couleur a investi tout type de mobilier, cependant, explicite - tout d'abord - dans un meuble ou dans l'objet, où il se combine souvent avec des formes inhabituelles et des matériaux tels que le méthacrylate ou le gel polyuréthane, également appelé technogel. L'insertion d'un meuble ou d'un objet design, coloré, flashy, original, peut être une solution intéressante: en effet, une petite table, un siège, une lampe aux formes et couleurs inhabituelles peuvent donner une nouvelle touche à tous les environnement, personnalisez-le considérablement, jouant presque le rôle d'une sculpture, d'une forme d'art.

Décorez la maison avec des meubles colorés: la table "Happy" et la lampe "Astra" pour une explosion de couleurs

La table basse "Happy" conçue par Jérôme Gauthier pour Ligne Roset: elle a une base ronde ou croisée avec un plateau ondulé et est côte à côte, presque pour mieux mettre en valeur l'extravagance agréable du piano

... "pas prévu". Les poufs "marocains" joyeux conçus par Denis Santachiara pour Campeggi: ils sont en polyuréthane et multicolores, en plus ils s'illuminent. Di Santachiara est également la lampe "Astra" proposée par La Murrina: elle se caractérise par un jeu agréable de boules colorées, qui se déplacent librement dans le verre transparent et ovale du corps de la lampe.