Fonctionnement de la chaudière à condensation

Fonctionnement de la chaudière à condensation

La chaudière à condensation représente la dernière frontière en termes de systèmes et on peut dire que c'est le produit le plus fonctionnel et écologique sur le marché.

Les chaudières traditionnelles sont sur le point de quitter nos maisons, car les nouvelles frontières du chauffage veulent répondre aux besoins de l'épargne économique et être amicales envers l'écosystème délicat. Mais techniquement, quel est le fonctionnement de la chaudière à condensation? Il exploite un processus thermique, pour lequel il tente de récupérer la chaleur latente de la condensation, la transformant en énergie et évitant qu'elle soit dispersée inutilement dans l'environnement.

Ce procédé exploite les caractéristiques thermiques des matériaux de combustion, facteur important dans l'utilisation des chaudières à condensation. En effet, chaque combustible a un «pouvoir calorifique inférieur», c'est-à-dire une partie de la chaleur en excès qui tend à se disperser lors de la phase de combustion. Ils possèdent en même temps un «pouvoir calorifique supérieur», ou une quantité de chaleur qui le rend effectivement disponible pendant la phase de combustion.

Structure de la chaudière à condensation

La chaudière à condensation exploite la puissance de chauffage inférieure des combustibles, mettant en circulation la partie qui serait autrement dispersée, et l'utilisant pour chauffer davantage l'eau. Le processus se déroule au moyen d'une sorte de canal à l'intérieur de la structure, réalisé au moyen d'échangeurs de chaleur. Ils doivent prendre en compte l'acidité corrosive des condensats et, pour cette raison, demander à être notamment des alliages métalliques. Les performances des systèmes de dernière génération ont considérablement augmenté au fil du temps, assurant des composants de plus en plus raffinés et évaluables basés sur les préférences fonctionnelles et les coûts de réalisation. Ici, dans la chaudière à condensation, le fonctionnement et les performances modernes donnent vie à une solution technologiquement raffinée, dédiée à la sauvegarde et à la protection de l'environnement.

Fonctionnement optimal

Le fonctionnement de la chaudière à condensation permet une efficacité maximale à basse température. Les chaudières «traditionnelles» ont un fonctionnement basé sur une température d'entrée d'environ 70 ° -75 °, afin d'obtenir une sortie de 80 ° -85 °, tandis que dans le cas de ce type particulier, ces chiffres sont divisés par deux. Le principe de condensation exploite habilement des températures d'environ 40-45 °, assurant une production de chaleur constante mais plus faible. Que signifient ces données? En termes simples, ce type trouve son utilisation optimale s'il est constamment utilisé à basse température, combiné avec un système d'irradiation à faible consommation. Le chauffage continu et pas particulièrement élevé, convient aux maisons où les habitants passent beaucoup de temps à la maison, assurant une perception de la chaleur constante. Ce modèle trouve donc son fonctionnement optimal dans ces conditions, car si la maison n'est habitée que la nuit, la chaleur produite n'est pas nécessaire, ou les économies pour lesquelles elle est préparée n'ont pas lieu. Un facteur important à considérer est basé sur le type de carburant choisi. Le meilleur est le méthane, car il a un pouvoir calorifique inférieur très élevé, suivi par le butane et le diesel. En prévision d'un remplacement de la chaudière par un modèle de condensation, ces aspects doivent donc être évalués pour faire le choix le plus prudent et ciblé pour réaliser des économies.

Avantages par rapport aux traditionnels

La chaudière à condensation a une fonction différente de la chaudière traditionnelle, car elle utilise le recyclage des condensats. Pour que ce processus ait lieu, la présence de tuyaux dédiés à son évacuation est prévue en interne et, par conséquent, les cheminées doivent également être réalisées en matériaux appropriés et certifiés, tels que des alliages métalliques ou plastiques particuliers.

Ces modèles sont idéaux pour une utilisation avec des systèmes de chauffage à basse température, tels que des systèmes de rayonnement, des bobines de mur ou de sol. Grâce à ces systèmes, qui sont constamment allumés et fournissent des températures basses, ce type peut assurer des économies efficaces en termes d'utilisation de carburant et d'argent dans la facture.

Le coût de ce type de système a également considérablement diminué au fil des ans, allant de 1000 euros à 2000 euros pour les modèles les plus puissants. Considérant que le prix d'une chaudière traditionnelle se situe entre 500 et 1000 euros, vous ne remarquez pas d'écart sensationnel, d'autant plus que la différence peut être amortie en termes d'économies d'énergie. Il faut enfin considérer que ce type de système peut être combiné avec l'installation de panneaux solaires. Le couplage des deux solutions, peut-être intégré par la présence d'un système à faible consommation, peut engendrer de réelles économies en termes économiques, assurant une distribution confortable et constante de la chaleur et contribuant à protéger l'environnement contre les émissions continues et inutiles. la chaleur.